Le système avec lequel nous avons évolué jusqu’ici est un produit totalement conçu par le mental dont le mode de vie est fondamentalement basé sur la raison. La transmutation qui se tient aujourd’hui devant la porte, impose un changement du raisonnement, une révision du mental car l’Homme est une partie de l’univers. Sur ce, il est appelé à évoluer avec lui et répondre à ses lois qu’il en soit conscient ou pas.

L’Homme n’a pas le contrôle sur le monde. A l’exception du monde de sa propre création, L’Homme n’a pas de contrôle sur le monde comme il peut le croire. C’est pour cela que malgré toute la volonté de changer le monde que son intellect peut émettre, malgré tous les efforts qu’il peut fournir allant vers cette direction, rien ne peut se réaliser positivement devant apporter dans la vie un changement des faits devant concourir au bien-être que souhaite vivement l’humanité avant que le temps de cette transmutation soit arrivé. En revanche, il faut considérer tout ce qui a été fait jusqu’ici comme ce qui devrait être accompli pendant cette période de temps pour préparer celui du grand changement que l’humanité sollicite si fort. Tout ceci participe à l’accomplissement du plan parfait du devenir.

Faire manifester l’essence créatrice pour une bonne croissance

L’humanité se trouve dans la bonne voie, ainsi, faudra t-il faire valoir consciencieusement toutes les capacités du mental, lui permettre de jouer le rôle qui lui est propre dans l’action juste pour une bonne croissance vers l’évolution. C’est le moment de remettre au mental sa responsabilité qui est de faire manifester l’essence créatrice dans nos vies. Ainsi, il fera appel à son imagerie afin de ramener les souvenirs des messages prédits des envoyés messianiques du temps passé vers nous et aussi nous allier à la mémoire universelle pour une bonne compréhension du sens et du but de la vie.

Beaucoup de personnes ont témoigné ces choses-là à travers les enseignements qu’ils ont dispensés parlant du monde des mystères suite à l’ouverture d’esprit qui les habitait avec lequel le mental universel a su gagner place au sein de leurs cœurs. Les légendes ou personnages tels que : Hénoch, Jésus-Christ, Bouddha, Lao Tsé, Krishna, Lady Nada, Maha Chohan, Saint Germain, Mahavatar Babaji et bien d’autres, connus comme messie, saints, illuminés ou avatars, (le langage culturel porte peu d’importance à ce niveau), font l’exemple de ce que l’Homme doit être et comment il doit faire valoir son mental car les connaissances qu’ils ont transmises à travers leurs enseignements laissent comprendre qu’ils ont été tous conduits par un même esprit, esprit de la sagesse, de la loyauté et de la vérité. c’est ce qui fait la différence avec la croyance sur les faits imaginaires que les peuples contemporains pratiquent sans conscience.

L’Homme sur le poids de la croyance

L’Homme crée la culture, la culture donne à l’Homme une croyance et la croyance devient maître de l’Homme. Ceci est un fait qui demande une réflexion mure. Je ne pense pas que c’est ainsi que les choses devraient être. Si l’Homme qui est le fondateur d’une culture qui fait naître une croyance, il est donc le maître de la culture et de la croyance.

Autrement dit, la culture et la croyance seraient créées pour le servir et non le contraire. En contemplant de près les résultats que nous avons sur l’état des choses à ce niveau, je crains énoncer que c’est le contraire de nos jours. l’Homme a t-il raté sa cible ? Serait-il entrain de perdre le contrôle de ce qu’il est dans son vrai ? Je ne crois pas vraiment ; car selon moi, il ne l’a jamais eu. L’Homme ne peut pas avoir le contrôle sur quoi que ce soit car il n’est pas lui-même un produit fini. L’Homme a été créé et fait, de sa nature créatrice (appeler à exister), il est appelé à devenir dans sa nature faite (appeler à être transformé). Dans un cas contraire, il arrêterait l’évolution de sa conscience. Nous en vivons les preuves.

Un moyen pour se libérer du poids de la croyance

Les vices que la croyance produit dans l’esprit de l’Homme l’entraîne tôt au tard au désastre ou à l’aubaine car l’on vit ce que l’on croit. Une croyance, quoi qu’elle en soit, doit être une force sur laquelle on s’appuie pour stabiliser son bien-être. Au lieu de cela, la croyance paraît être la cause de plusieurs maux que connaît l’humanité de nos jours, y compris toute la création. À cet effet, nous sommes appelés à réviser la conception que nous avons de la croyance ; chercher à comprendre nos cultures par rapport aux règles et lois instaurés dans leurs valeurs. L’homme en tant que créature à devenir, est soumis à un processus d’évolution dont le parcours lui reste inconnu. Bien qu’en tâtonnant, il frôle la ligne de son trajet toujours et toujours, il se presse pour le but final en croyant qu’il tient tout sous contrôle. Cette croyance : croire tout pouvoir, tout savoir et tout maîtriser est pour l’espèce humaine la cause des peines et des souffrances. La Vie n’est pas un phénomène de tragédie ni de souffrance. Il y a une possibilité, un moyen qui est disponible à toute l’humanité pour évoluer avec la Vie avec pleine joie et paix. Ce moyen est la restructuration de sa pensée.

La pensée est un ensemble d’entités indépendantes qui constituent un monde qui donne une imagerie au mental et en fait une réalité. En restructurant la pensée, cette imagerie augmente de capacité et fait place à d’autre images. Plus la capacité de recevoir de plus s’élargit, plus l’on devient éclairé, autant la capacité de permettre s’accroît. Ainsi le cœur connaît la paix et l’Homme s’intègre dans le mouvement de la Vie, main dans la main avec l’univers. Dans cette marche, l’univers progresse vers son horizon et l’Homme avec lui.

Le grand défi à relever est d’intégrer que depuis la création du monde, la Vie connaît les changements et que c’est même cela la vie. Une vie sans changement est comme une marre d’eau stagnante. Les temps passent, les ères se suivent, les astres transmutent, et l’Homme alors ? Doit-il rester sur place ? Devrions-nous rester fixer sur les idées conceptuelles qui laissent croire que l’unique changement que doit connaître l’Homme se limite sur sa technologie sans conscience, ses propres inventions ? Devrions-nous nous laisser spirituellement stagner en nous éternisant dans la connaissance de l’étranger qui est l’influence des manifestation de l’extérieur et oublier notre intérieur, notre soi-supérieur ? La culture est bonne, la croyance parfaite ; mais seulement quand elles fournissent le bien-être . Par ailleurs, cela ne peut se produire que si elles sont pratiquées avec une conscience éveillée.

La confusion de la réalité aux illusions

L’Homme devrait-il continuer à se renier, refuser de se regarder, faire bannir son être essentiel et s’éterniser dans l’ignorance qui affecte énormément son génie créateur au bénéfice de son intellect ? S’il était question de vouloir connaître mon avis, je vous dirai que c’est absurde. Ceci entraîne l’Homme tôt ou tard au désastre. Le grand jour fait son apparition. Tout se bouleverse, le monde prend un nouvel élan. Il se produit des changements lors de cette transmutation qui affectent l’Homme et son environnement. Lors de ces transmutations, l’humanité est en détresse. Nous le voyons car nous en vivons chaque jour.

L’humanité est une fois de plus dans l’histoire du monde attaquée. Des évènements phénoménaux font surface jour après jour, l’un après l’autre. Une traversée qui ne passe pas inaperçue. Elle envoie des signes à l’Homme pour le mettre en garde. À travers des messagers (ouvriers de lumière ou des ténèbres) que nous surnommons prophètes, messie, illuminés, anges et archanges ou comme d’autres peuvent les voir serviteurs de Satan, l’Homme reçoit les enseignements, les messages devant lui être utiles pour le temps de préparation. Il perçoit certains à travers les forces cosmiques, les signes des temps, les animaux, la nature et beaucoup plus encore. Tout cela pour que l’Homme prenne conscience de son état d’être afin d’accueillir avec joie ce grand temps de transmutation autrement appelé la fin des temps.

Certains en prennent conscience ; d’autres se limitent sur leur mental avec une croyance aiguë sur des concepts objectifs. Pour ceux qui en prennent conscience et se préparent pour ce changement de temps, ils sont ceux-là qui feront l’entrée dans la nouvelle ère pour un nouveau départ vers la continuité. Comme cela a toujours été, ce grand changement est pour un nouveau départ, il n’est pas conçu sur le fait que la vie se terminera pour recommencer tout à zéro comme cela est interprété dans certaines doctrines. Elle changera de rythme, d’aspects conceptuels suite à la nouvelle fréquence énergétique que connaîtra la planète. Cette énergie se chargera de faire naître de nouvelles impulsions dans nos organismes adaptées au rythme et son, une résonance avec laquelle le monde se mouvra. C’est ce qui est connu religieusement avec les mots tels que : le Saint-Esprit ou esprit nouveau, esprit de Dieu, Nada Brahma, etc., tous les grands prophètes en ont parlé.

Quand je parle des prophètes, pour moi il s’agit de toute créature (entités) ayant vécu sur terre avec la pensée créatrice dans un corps humain, qui avait pour mission d’apprendre à la race humaine le chemin de l’ascension.
La croyance ne peut procurer le bien-être à l’Homme si elle ne représente pour lui qu’une arme de querelles, de divisions et de guerres. En réalité, nous devrions être en cette période prêts pour la nouvelle ère, pour le changement, qui est la traversée de l’ère du poisson (ère pendant laquelle l’esprit du Christ comme pour tout le reste des illuminés nous conduit jusqu’à la rencontre de l’homme trouvé à l’entrée de la ville tenant une calebasse d’eau à la main) l’ère du verseau, le temps de l’esprit d’après les évangiles bibliques (Luc 22).

Par ailleurs, il est aussi compréhensible qu’il se trouve ceux-là qui voient les choses autrement, car depuis lors, le monde de l’Homme évolue de cette façon. Il serait stupide de croire que toute l’humanité a le regard tourné sur le même angle. Car c’est l’opposé qui amène la complétude qui donne l’équilibre à l’existence des faits d’une réalité. Pour cette raison, je crois qu’il est d’une très grande importance de respecter chacun dans sa position sans l’obliger à agir contre son intuition. L’enseignement est bon pour tous, mais le choix doit rester libre. Le respect du choix restant aussi sans jugement, car devant celui qui a voulu que la vie soit avec un système de dualité, un principe de diversité, il trouve que tout est bon ainsi, cependant le choix modèle le style de vie de l’être-humain. C’est ici que se trouve une confusion totale sur le plan de la définition de la nature de vie que mène un individu et celle de la vie en générale, autrement dit , une vie universelle.

Soleil Levant

Thérapeute, guide spirituel, auteur, conférencière

Soleil Levant has 17 posts and counting. See all posts by Soleil Levant

Alice Marlyse Ntock Zuber

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *